Avertir le modérateur

13/10/2010

Chat illustré : Vous avez interviewé la dessinatrice Margaux Motin

DSC03416.JPG


Illustratrice et auteur de la BD «La théorie de la contorsion», son deuxième album dessiné après «J'aurais adoré être ethnologue» aux Editions Marabout, Margaux Motin raconte chaque semaine sur son blog perso des épisodes drôles de sa vie de femme adoratrice de chaussures, de maman adorable, d'illustratrice débordée. Elle a répondu à vos questions sous forme de dessins.

Merci pour toutes vos questions. Retrouvez toutes ces réponses ci-dessous.

Tu reviens bourrée d'une soirée, le lendemain tu te réveille avec une nana à côté de toi. Tu fais quoi?
Claire

margaux-5.jpg

Moi j'aurais voulu savoir ce que tu aimes manger, plat, dessert, dans le divan, à grignoter, peu importe, ce que tu dévorerais :)
Severyne

margaux-4.jpg

 

 

Tu voudrais pas faire styliste un jour? Tu peux me dessiner une belle robe de bombasse? Avec des beaux talons de 15cm.
KOJROWICZ

margaux-3.jpg

Qu'est-ce que vous dessiniez quand vous étiez petite? Des poneys, des lapins ou des chaussures?
Gaëlle

margaux-1.jpg
Je suis curieuse: est ce que tu peux nous en dire plus sur le tatouage que tu as sur le bras droit?
Valérie
margaux-2.jpg

------------------------------------------------------------------------

 

 

motin-livre.jpg
Crédit photo: Karine Cerasoli

02/02/2010

Marc Antoine Mathieu - "Est-ce que je vais arriver à me suivre ?"

Tête à tête avec Marc Antoine Mathieu, qui délaisse un temps Julius Corentin Acquefaques et les sous-sols du Revolu (les amateurs d'anagramme peuvent s'amuser avec ces titres...), pour s'intéresser à Dieu en Personne. Un pari salué par le Prix de la critique 2010. Rencontre avec l'auteur...

 


20Minutes - rencontre avec Marc Antoine Mathieu (Delcourt)
envoyé par 20Minutes. - L'actualité du moment en vidéo.

17:05 Publié dans interview | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : matthieu, delcourt

01/02/2010

Lou y est !

Rencontre avec Julien Neel, le papa de Lou, qui s'est vu remettre le prix Jeunesse à l'occasion de la cérémonie d'ouverture du Festival d'Angoulême, pour le cinquième tome de la série. Un album salué donc par un jury de jeunes lecteurs, après le carton des quatre premiers (le tome 1 avait d'ailleurs déjà reçu cette récompense). Un cinquième album intitulé "Laser Ninja" parce que comme l'a écrit Julien sur son blog : "je me suis dit qu'à titre personnel, j'achèterai les yeux fermés un livre qui s'appellerait "Laser Ninja".

 

 

dedi_neel.jpg

10:31 Publié dans interview | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : lou, glenat, fauve

31/01/2010

Frédérik Peeters - "j'avais envie de faire un vrai travail de bande dessinée classique"

L'auteur de Pachyderme (et auparavant du très très beau Pillules bleues et de Lupus), revient sur son travail et nous parle de ses influences.

dedi_peeters.jpg

11:59 Publié dans interview | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : peeters, gallimard

29/01/2010

Recontre avec Joe Sacco (Gazza 1956)

gaza1956.gifInvité de la 37e édition du festival, le grand BD-reporter Joe Sacco crée l’événement cette année avec Gaza 1956, une enquête historique minutieuse sur le massacre oublié de plusieurs centaines de Palestiniens dans la bande de Gaza en novembre 1956, relatée dans une bande dessinée de 400 pages, et qui a nécessité 6 années de recherche. Rencontre avec l'auteur, journaliste de formation, et correspondant de guerre depuis de nombreuses années.

 

IMG_0164.JPGPourquoi ce choix d'un événement de 1956, alors que l'actualité est quotidienne au Moyen-Orient ?

La situation au Moyen-Orient est une série continue d'événement sans moment de recul. Les palestniens n'ont jamais eu l'occasion de digérer les différents episodes de leur histoire. Il s'agissait jutement de revenir sur  un incident, dans lesquelles toutes les générations peuvent se retrouver.

Capture d’écran 2010-01-29 à 15.00.11.png

Son point de vue sur l'affaire des caricatures de Mahommet.

Ces dessins n'étaient qu'une provocation, et je n'éprouve pas de réelle sympathie pour les auteurs, qui savaient qu'ils allaient choquer. Certes la réaction était diproportionnée dans le monde arabe. Il est simple d'avoir un sens de l'humour pour sa propre culture, surtout si vous ne vous sentez pas menacé. Ce n'est pas le cas des musulmans dans le monde, surtout depuis 9/11. Je pourrais dessiner Mohamed, mais ce serait dans un but précis, pas pour provoquer la communauté musulmanne.

A-t-il peur que ses propos et ses dessins soient détournés ?

C'est en effet très simple d'isoler une image et de lui donner n'importe quel sens. Mais c'est vrai des mots aussi qu'on peut isoler et sortir de leur contexte...

A propos de la relation faits / fiction : est ce que tout ce qu'il dessine et relate est vrai, ou y-a-t-il une part de fiction ?

Les lieux et gens sont ils vrais. Je ne maquille rien, les citations sont aussi precises que possible. Je n'utilise pas la fiction. Tous les personnages existent, toutes les citations sont justes ou presque. Et le dessin est un excellent moyen de représenter des vrais personnes qui ne veulent pas etre prises en photo.

Capture d’écran 2010-01-29 à 15.00.46.png

Comment fait il pour dessiner sur place ?

Je prends des photos, sur lesquelles je me base pour ensuite tout reconstruire, revenant même sur les lieux à froid pour compléter les prises de vue. le but c'est qu'une fois le dessin d'une rue terminé, quelqun qui y vivrait puisse dire, "ceci est la maison de untel, celle là d'un autre..."

Comment est-il reçu en Israel

Israel est un pays ou l'on peut lire plein de points de vue différent. Il existe bien un débat sur la question palestinienne dans les journaux. la plupart des interviews là bas se sont bien passé. Aux Etats Unis ce débat est beaucoup plus verrouillé. Et j'ai peu d'espoir dans l'adminstration Obama pour faire avancer la situation au Moyen-Orient

Faire une BD prend du temps... Quel est l'avantage de s'exprimer à travers ce média ?

la BD permet de tout recréer sans que cela ne coute rien, y compris la Palestine dans les années 1950. C'est simple de recréer une ambiance, donner du son à l'image, on peut mettre rendre l'impression de poussière. Dans un film dès que l'on reconstruit, cela coûte cher et créé de la fausseté. Et les mots ont leur limite pour représenter des lieux et des impressions.

Son point de vue sur la situation actuelle et la création d'un Etat Palestinien.

Il faudrait effectivement créer deux états avec la même configuration, sur la base des frontières de 1967 avec quelques aménagement. Cela ne satisferait bien sûr pas tout le monde... il serait important également de rendre justice aux refugiés, ignorés par les USA. Mais la porte se ferme de plus en plus, comme si la tendance etait de faire en sorte qu'un etat palestinien soit impossible, ce qui est de plus en plus vrai.

Gazza 1956, par Joe Sacco, est édité chez Futuropolis

15:19 Publié dans interview | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : joe sacco

31/01/2009

"Premieres fois"-Sibylline Desmazieres

Rencontre avec la scénariste de l'ouvrage collectif « Premières fois» paru chez Delcourt » La bande dessinée érotique était l'abandon, cette année il aura fallu deux événements pour relancer la machine filles perdues d'Allan Moore et Melinda Gebbie et «Premières Fois» donc.

Je crois savoir qu'en fait tu es une vieille geek? Tu peux m'en dire plus sur ton rapport à internet? Ça fait longtemps que tu écris sur le web?

Je travaille devant un ordinateur quand je rentre chez moi je glande devant mon ordinateur.

Quand je suis tombé enceinte, j'ai commencé à trainer sur un forum de mamans. C'est ce qui m'a permis de redécouvrir l'écriture. Cela demande une effort pour écrire de tenter d'être drôle et léger, Le web c'est aussi un lieu ou séduit même pour des amitiés. L'intime devient plus évident par écrit. On avait organisé un concours de nouvelle entres mamans. Je l'ai gagné, on établissait des règles du jeu des contraintes de ce fait écrire des histoire devenu nécessaire.

Alors nous avons monté tenté un projet jeunesse avec une maman qui bossait chez Delcourt.

Comment a germé l'idée de «Premières fois?»

J'avais déjà fait "Nous N'irons Plus Ensemble Au Canal Saint Martin" il y a un an et demi avec Loic de Villiers.

L'idée de premières fois est venu d'une blague a un diner avec David Chauvelle, la bd érotique était à l'abandon on ne s'attaque pas aux maitres comme ça.

David a été le catalyseur, il voulait plusieurs dessinateurs. Et souvent ce qu'un dessinateur ne fait pas, c'est du cul.

J'ai fait la maligne j'ai proposé d'écrire le scénario, ça pris une autre tournure lorsqu'il a fallu se lancer. J'avais fait une histoire à l'époque pou bdcul.com.

David l'a reçu, il a dit «ok!» pour le projet..

L'ouvrage allait être collectif alors il fallait une unité dans la thématique, de la cohérence et c'est l'idée de première fois qui s'est imposée. Cela fixe un cadre mais aussi de laisser les choses libre.

Après "Premières fois" tu veux enchainer sur une autre projet érotique?

Une histoire pas très rigolote sur l'hôpital psychiatrique, cela se passera à Saint-Anne ce sera dessiné par Natasha Sicaud.

Une autre chose plus légère, naïve et mignonne «Le Trop Grand Vide d'Alphonse Tabouret» avec Jérôme d' AVIAU.

Et évidemment un nouveau truc érotique que j'ai commencé..avant hier...

 

premieres-fois.jpg
Scénario : SIBYLLINE
Dessin : CAPUCINE Olivier VATINE Cyril PEDROSA Jérôme d' AVIAU Dave McKEAN Dominique BERTAIL RICA Virginie AUGUSTIN ALFRED VINCE

 

 

 

 

19:48 Publié dans interview | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : interview, scenario

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu