La une des lecteursTous les blogsles top listes
Envoyer ce blog à un amiAvertir le modérateur

27/01/2012

Le festival d'Angoulême vu par... LAUREL

Strip exclusif pour 20 Minutes. Cliquez l'image pour l'agrandir.

Laurel.jpg

Angoulême, ton univers pitoyable

Il n’est arrivé au festival que depuis 24 heures et il est déjà fauché, découragé et malade. Lui, c’est le jeune auteur de BD standard qui croit que la gloire commencera à lui sourire, ou du moins à l’aguicher du coin de l’œil, ici, à Angoulême, lors du plus important festival de BD du monde. Pour montrer ses planches pleines d’audace et dans le but de se faire éditer, il a pris un billet de train (hors de prix), un logement chez l’habitant (acariâtre) et a essayé de prendre rendez-vous avec de gros éditeurs (méprisants). Après un kebab-frites (avarié) et des heures d’attentes dans le chaud puis le froid, il est forcément tombé malade. Des cinq éditeurs qu’il a rencontrés, deux « le rappelleront » (pas), deux lui ont ri au nez (qui coule) et le dernier lui propose de l’éditer et « pour l’argent, on verra plus tard, hein ? » Il a entendu parlé d’une fête mais n’a pas de carton d’invitations, il voulait rencontrer Lewis Trondheim, qu’il suit sur Twitter, mais n’a finalement croisé que Boulet chez le charcutier. Il ne viendra plus à Angoulême, c’est sûr.

Iznogoud élu au premier tour

Il y a un million de raisons pour ne pas venir à Angoulême. Et pourtant, le festival est le seul moment où toute une ville, pas bien grande certes, ne parle que de BD pendant quatre jours. La pharmacienne débat de l’influence de l’underground américain sur le trait de Blutch et deux retraités devisent sur  la surcote d’Enki Bilal. Et l’on peut se prendre à rêver que la BD est vraiment quelque chose d’important. Plaisir  ou travail - ontologiquement solitaires, la BD se transforme en expérience collective. Le succès grandissant des rencontres et des ateliers qu’organise le festival montre que les amateurs de BD se détournent peu à peu des fastidieuses séances de dédicaces. Alors en attendant le dur retour à la réalité et les collègues qui demandent « alors c’était bien tes expos de petits mickeys ? », la BD compte plus que la politique, l’économie… et tout le reste !

@BenjaminChapon

Une jeunesse qui s'anime

Du haut de ses 24 ans, c’est déjà un habitué du festival d’Angoulême. Lauréat du prestigieux concours Jeunes Talents, Jérémie Moreau a concouru « huit ans d’affilée » au concours de la BD scolaire, ouvert aux enfants. Ensuite, il a fait quelques infidélités à la BD et à Angoulême. « J’ai suivi un trimestre aux Beaux-arts de Toulon mais j’ai tout de suite vu que ce n’était pas mon truc. Ensuite j’ai fait l’école d’animation des Gobelins, à Paris. Je suis venu à l’animation par défaut, parce que je ne trouvais pas la formation BD qui correspondait à mes attentes (ndlr : il n’a pas lu l’article ci-dessous). » Et avec un certain succès. Comme « character designer », Jérémie Moreau a créé des personnages pour le film Moi, moche et méchant, au sein des studios Mac Guff, puis a travaillé pour les studio Dreamworks. « Faire ces trois planches pour le concours Jeunes Talents d’Angoulême, ça a été comme une boufée d’oxygène et un retour à mes premières amours. »

 Jérémie-Moreau.jpg
Lui, beau et gentil

Depuis quelques mois, Jérémie Moreau travaille ainsi sur une BD, avec un scénariste. « J’avais peur de me lancer seul là-dedans. Mais pour la prochaine, je ferai aussi le scénario. » La solitude du travail d’auteur lui pèse un peu parfois. « En même temps, j’aime la BD parce qu’on peut finaliser un projet seul, sans budget. Faire un film d’animation, c’est beaucoup plus lourd. »

Avec ce prix à Angoulême, les choses pourraient s’accélerer et lui permettre de se lancer à fond dans la BD. « Le magazine Spirou m’a commandé une histoire. » Mais surtout, Jérémie Moreau voudrait trouver son style. « Je suis encore trop changeant à cause de mon expérience dans l’animation où je devais m’adapter à différents univers. J’aimerai développer une marque assez personnelle pour qu’on me reconnaisse. »

 

@BenjaminChapon

26/01/2012

Santé, bonheur. Santé, bonne humeur.

20 Minutes a réuni un ostéopathe, une nutritionniste et un médecin généraliste d’Angoulême pour dresser la liste des dix conseils pour profiter à plein des joies du festival de la BD.

  1. Bien se reposer. « C’est essentiel de bien dormir. L’idéal serait de pouvoir faire une sieste dans l’après-midi, à cause de la foule, des longues heures  à piétiner. »

  2. Bien se nourrir. « Il est inutile de suivre un régime particulier à base de sucres lents ou de féculents mais il faut s’accorder deux vrais repas, chauds, pris assis. Personne ne veut avoir une diarrhée dans la file d’attente des dédicaces. »

  3. Se laver régulièrement les mains. « L’épidémie de gastro n’est pas fini en Charente. Pendant le festival, la promiscuité d’un grand nombre de personnes qui s’échangent des albums de BD et de l’argent puis ensuite mangent des sandwichs est un cocktail fatal. »

  4. Poser le sac. « Les festivaliers ont souvent des sacs inadaptés, lourdement chargés. Même si c’est un sac à dos, mieux vaut le laisser le plus souvent possible à ses pieds, pour s’économiser. Il ne faudrait pas porter un sac lourd plus de deux heures par jour. »

  5. S’étirer. « C’est assez compliqué dans les files d’attente ou dans les expos mais la station debout prolongée peut causer des douleurs au dos ou dans les membres. Il y a un exercice simple qui consiste à s’accroupir puis à se relever, deux ou trois fois, lentement. Ensuite, rester dix secondes sur la pointe des pieds, les bras levés. » L’air idiot mis à part, ça peut vous sauver.

  6. Attention aux excès. « L’alcool évidemment est le plus dangereux mais il y a aussi les excès de sucreries et les aigreurs d’estomac qui vont avec. »

  7. Se détendre. « Le stress engendrait par les files d’attente peut être compensé avec une pause « rire ». Une minute de rire, ou de pleurs d’ailleurs, suffit parfois à vous détendre le visage et le reste. »

Et bon festival.

@BenjaminChapon

03/08/2011

Chat illustré : Vous avez interviewé l'auteure et illustratrice Yatuu

Quelle est l'origine de ton pseudo Yatuu? (vendredy)

 

05.jpg


Si un jour tu deviens patronne de ton entreprise, est-ce que tu prendras des stagiaires à exploiter? (Liwell)

 

04.jpg


Avez vous eu vent des réactions de vos anciens patrons/collègues, patrons/collègues actuels concernant votre blog et la sortie de votre BD? (Charlotte)

03.jpg

Lorsque l'on voit le fonctionnement des entreprises françaises, n'avez-vous pas eu envie de tenter l'aventure à l'étranger? (Eric)

02.jpg

N’aurais-tu pas envie que tes réalisations graphiques et ton expérience de stagiaire exploité soit utilisés pour créer une web/série pour justement montrer ce que font les stagiaire dans une entreprise? (GOURDIN)

01.jpg

Yatuu est arrivée, elle répond en ce moment à vos questions...

yatuu.JPG

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


moi1ok.jpg

Sans travail après un BAC en arts appliqués et un BTS en communication visuelle, Yatuu décide de s'inscrire à l'université pour faire des stages professionnels. Dans les deux ans qui suivent, elle enchaine cinq stages dans des agences de publicité pour enrichir son CV et engranger de l’expérience.

Cette période va être un cauchemar pour cette jeune illustratrice, naviguant au sein d'entreprises reconverties volontiers en «usines à stagiaires», n’hésitant pas à recourir à des jeunes compétentes et quasi-gratuits.

66-tris.jpg

C'est pour se défouler et raconter ses histoires quotidiennes, tristement similaires à tant d'autres, que cette jeune fan de manga décide d'ouvrir un blog fin 2009. Un succès puisque plus de 450.000 internautes ont, à ce jour, déjà visité son site.

En juin 2011, en hommage aux «exploités du bureau», elle publie le livre «Moi, 20 ans, diplômée, motivée... exploitée», disponible aux éditions 12 Bis.

yatuu-couvBD.jpg


Au travers des 96 pages, le quotidien de Yatuu au sein de ces agences se dévoile. Celui d’une stagiaire mal-payée, sans tickets-resto, faisant des horaires insoutenables et tentant par tous les moyens de se faire remarquer pour espérer un plus qui n'arrivera jamais...

47.jpg

Un ouvrage plein d'humour mais sachant aussi être touchant et intelligent, révélant les difficultés d’insertion professionnelle des jeunes diplômés dans notre société.

Yatuu était l'invitée de la rédaction, elle a répondu à vos questions sous forme de dessins.

Cédric Garrofé

06/06/2011

Chat dessiné : Leslie Plée a répondu à vos questions en dessins

Leslie Plée a répondu à vos questions sous forme de dessins. Merci pour tous vos commentaires.

Retrouvez ses dessins ci-dessous...

Il y a pas un seul dessin de Michel dans ton nouvel album (ou alors j'ai pas fait assez attention)! Les chats n'ont pas d'angoisses selon toi?
Palmieri Maxime | 16h30

 

plee05-blog.jpg

Bonjour Leslie,
J'ai cru comprendre que tu étais originaire de Rennes. Est-ce difficile de se faire une place parmi les it-auteures-girls parisiennes? (que j'adore tout autant). Bisou à Michel ;)
misska | 15h40

 

plee004-blogueuses.jpg

Si une idylle naissait entre Leslie Plée et Boulet, à quoi ressembleraient leurs enfants ? (Cette question avait été posée à Pénélope et Boulet lors de leurs interviews dessinées).
Beber | 15h20

 

plee03-petite.jpg

Peut-on espérer que Michel t'accompagne dans tes séances de dédicace pour signer son ouvrage «Comment manger toujours plus ?». Mon chat est un de ses plus grands fans. Bon, et, sans rire, j'ai adoré ta première BD, et je suis sûre que la 2e sera toute aussi bien!
Camille | 15h00

 

plee0-chat2.jpg

 

Toi aussi tu prends le double de culottes quand tu pars en vacances car on ne sait jamais ?
Claire | 14h10

 

01-bis-plee.jpg
01.jpg

 

Leslie Plée est arrivée, elle répond en ce moment à vos questions...

leslieplee.jpg

 

 

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Après Moi vivant, vous n’aurez jamais de pauses, publié aux éditions Jean-Claude Gawsewitch en 2009 qui s’est vendu à plus de 12 000 exemplaires, Leslie Plée, dessinatrice, revient toujours traumatisée, et toujours aussi drôle avec L’effet Kiss pas cool, Journal d'une angoissée de la vie. A cette occasion, elle répondra à vos questions sous forme de dessins mardi à partir de 14h.

chatuillus-ChloeWollmer.jpg
Leslie Plée
Crédit photo: Chloé Wollmer

Diplômée de l’École Estienne, Leslie Plée a suivi une formation de libraire et a décroché son premier emploi à Rennes dans une grande surface de produits culturels dont elle expliquait le fonctionnement dans sa première BD. Elle a démissionné en 2007 pour se consacrer entièrement au dessin.

Elle avait été découverte par Pénélope Bagieu (Ma vie est tout à fait fascinante, Joséphine) grâce à son blog «Vue de la province» où elle publie régulièrement ses dessins.

Après Boulet, Diglee, Pénelope Bagieu, Gally et Margaux Motin, 20minutes.fr vous a proposé un nouveau chat dessiné.


chatillus-couvPLAT1.jpg
- MB

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu